Maroc actualités

politique

|

Publié le lundi 12 avril 2021 à 16:39

Le Maroc a-t-il utilisé des drones armés dans sa récente frappe contre le Polisario?

image_articlePar : la Rédaction

Après l'annonce par le Polisario d'une frappe de drone par le Maroc, ayant tué l'un de leurs chefs, les circonstances de cette opération restent confuses. Cette attaque, si elle se confirme, marquera un tournant dans le conflit du Sahara

Cette attaque, non encore confirmée par les FAR, aurait, selon plusieurs médias du Polisario, non seulement tué le "chef de la gendarmerie" du Polisario, mais également tué ou blessé d'autres haut gradés des milices du Polisario. L'importance de cette frappe ne réside pas seulement dans les dégâts qu'elle aurait occasionnée dans les rangs du Polisario, mais aussi dans le fait qu'elle marquerait l'entrée en jeu dans le conflit d'une nouvelle arme qui risque de changer la donne : les drones armés.

En effet, si le modus operandi de cette frappe n'est pas toujours clair, entre frappe par f-16 sur désignation laser par drone de reconnaissance, frappe de drone armé, ou autre, l'hypothèse selon laquelle un drone armé a effectué l'opération est la plus retenue par les médias du Polisario et de leurs dirigeants.
Si le Maroc a été pionnier dans le monde dans l'utilisation de drones de reconnaissance depuis les années 1980, notamment avec le R4E SkyEye de BAE, Il n'a jamais été confirmé que le Maroc utilisait des drones d'attaque, capables de lancer des missiles ou de larguer des bombes avec une haute précision sur des cibles d'intérêt.

Si la presse marocaine a rapporté l'acquisition de 3 drones Harfang en début 2020, ceux-ci ne sont en principe pas armés et n'auraient pu être utilisé dans cette attaque que pour la désignation de la cible. D'autre rumeurs concernent l'acquisition de drone Hermes 900 fin 2020, mais ceux-ci également ne sont pas armés. Reuters avait fait echo de l'acquisition imminente de drones armés MQ-9 Reaper par le Maroc, mais aucune notification de la DCSA américaine n'est encore tombée à ce sujet, ce qui laisse penser que l'acquisition n'a pas encore été finalisée.

Un des candidats probables pourrait être le wing loong 1 chinois, qui peut être armé et qui aurait été aperçu selon Defensa dans la ville de Laayoune le Sahara Marocain.

Quoiqu'il en soit , l'armée marocaine, forte de son expérience dans l'utilisation des drones, démontre à nouveau que le pari sur la technologie de pointe et la discrétion apporte ses fruits, au vu du désarroi des milices du Polisario face aux pertes qu'ils continuent de subir.

Autres articles publiés